Accueil/Cinéma/Critique

Critique World War Z

World War Z, c’est un film qui revient de très loin alors qu’il partait plutôt pas mal à la base.

Tiré du livre homonyme écrit par Max Brooks (fils de Mel) relatant 20 ans après le début de la propagation des zombies le journal de bord d’un agent de l’ONU cherchant à rapporter des témoignages des survivants aux quatre coins de la planète.

Le livre a été un grand succès, par conséquent Hollywood qui devait flairer la relance à la mode du zombie (hein, qui a parlé de Walking Dead ?) c’est précipité pour acheter les droits en vue d’une adaptation sur grand écran. Et c’est Brad Pitt qui a eu le nez creux en achetant les droits, lui permettant pour la même occasion de tenir la tête d’affiche du film et de marquer son retour dans le genre du blockbuster qu’il avait délaissé depuis Mr&Mrs Smith (oui ça remonte).

Produit par la Paramount qui dote le film d’un budget confortable, le réalisateur choisit n’est autre que Marc Foster, choix surprenant mais pas tant que ça quand on y réfléchit. Le réalisateur suisse réussi à changer de genre avec aisance, passant du drame familial (Neverland) aux conflits géopolitiques (Les cerfs-volants de Kaboul) en passant par le blockbuster (Quantum of Solace).

Hors World War Z (il parait que certaines personnes ne sont toujours pas au courant que le Z c’est pour zombie, donc voilà maintenant vous savez) se veut être un blockbuster familial tournant autour d’un problème mondial et des réactions des gens à ce problème. Vous voyez, que Marc Foster était un choix plutôt logique.

Jusque-là tout allait bien, sur le papier, le film était parti pour être un immense succès, voir le début d’une nouvelle franchise facilement produite. Sauf que les problèmes se sont accumulés, réécritures du scénario en catastrophe, problèmes budgétaires, différends artistique entre Brad Pitt et Foster, la fin supprimée puis retourner plusieurs mois après la fin du tournage…

Généralement à ce niveau, une production aussi chaotique ne veut dire qu’une seule chose: le film partait d’une bonne idée mais on s’est rendu compte à mi-chemin que cette bonne idée ne suffisait pas à faire un bon film et par conséquent on ne peut annuler sa sortie mais on essaye de sauver les meubles sans que cela coûte trop cher pour les studios.

Le film est-il alors devenu la bouse infâme que tout le monde attendait au tournant ou bien le succès tellement logique qu’il aurait dû être à la base ?

Synopsis:

Un jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations Unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos… 

Les gens s’en prennent violemment les uns aux autres et un virus mortel semble se propager. Les êtres les plus pacifiques deviennent de redoutables ennemis. Or, les origines du fléau demeurent inconnues et le nombre de personnes infectées s’accroît tous les jours de manière exponentielle : on parle désormais de pandémie. Lorsque des hordes d’humains contaminés écrasent les armées de la planète et renversent les gouvernements les uns après les autres, Lane n’a d’autre choix que de reprendre du service pour protéger sa famille : il s’engage alors dans une quête effrénée à travers le monde pour identifier l’origine de cette menace et trouver un moyen d’enrayer sa propagation.

Alors les avis sont très divisés sur ce film et je fais partie des gens qui ont beaucoup aimé le film. Je comprends qu’on ne puisse pas l’apprécier mais je l’ai trouvé globalement très bon à part 2 gros points noirs sur lesquels je reviendrais.

Le film est bon car il est entrainant, le rythme est haletant, on n’a pas le temps de s’ennuyer, il évite d’être trop explicatif (pour une fois on a quasiment aucune réponse à nos questions) et le suspense et le divertissement sont au rendez-vous.

Le film commence très vite pour ne plus jamais s’arrêter par la suite, le premier acte d’exposition doit à peine durer 5min avant de tout de suite rentrer dans le feu de l’action.

Le film est très intéressant car dans le monde du zombie, l’intérêt est d’isoler un groupe d’individus pour les voir survivre. L’intérêt même du zombie est de confronter l’humain à sa phase la plus animale, de voir les dilemmes moraux qui se posent à lui ainsi que de critiquer les aspects les plus négatifs de notre société.

World War Z prend un autre chemin qui est lui aussi intéressant, au lieu de se concentrer sur l’individu, le film fait le choix de prendre le problème du zombie à l’échelle planétaire. Le personnage de Brad Pitt propulsé par l’ONU aux quatre coins de la planète n’est qu’un prétexte à montrer l’épidémie au niveau mondial.

De plus au lieu de se focaliser sur la survie d’une personne ou d’un groupe, l’histoire veut nous emmener sur les terres de Contagion (film de Soderbergh) qui traitait lui aussi de la réponse apporté par les organisations internationales en cas d’épidémie globale.

Par conséquent le film explose un peu les codes du genre pour partir dans une direction différente que je trouve intéressante.

J’aimerai revenir sur la polémique sur le fait que le film soit un film de zombie ou pas. Oui clairement c’est un film de zombie, même si le film n’expose aucune scène gore (quoi que quelques-unes soient suggérées) et qu’il ne cherche pas à te faire peur toutes les 10 secondes, tout comme le fait que les zombies courent au lieu d’être lent.

Rien de tout cela ne me choque, comme je l’ai dit précédemment, ce qui fait l’identité d’un film de zombie est son fond, ce qu’il doit dire par rapport à notre société et notre humanité. Le design des zombies ou le gore ne font qu’appuyer le propos mais il s’agit d’un problème de forme et non de fond.

J’ai trouvé les zombies cools, le fait qu’ils s’agglutinent en masse rend certaines scènes vraiment impressionnantes, tout comme le fait qu’ils soient capables de courir aussi vite qu’Usain Bolt sur 100m. C’est original et assez rafraichissant de voir que l’on peut encore modifier les caractéristiques du film de genre, quitte à le rendre plus mainstream mais qu’au moins il ne reste pas figé dans ses acquis.

Pour le casting on va faire simple, à part Brad Pitt qui comme toujours excelle dans son rôle (loin d’être son plus compliqué néanmoins), les autres acteurs sont inexistants que cela soit par leurs charismes ou leurs temps de parole à l’écran. On retiendra quand même la performance de Daniella Kertesz qui campe une soldate israélienne qui va en voir de toutes les couleurs lors de cette aventure.

Marc Foster est un bon réalisateur et il nous le prouve encore fois avec une réalisation solide, la photographie est belle, le montage est propre, les (courtes) scènes de dialogue bien gérées. Il nous livre quelques plans panoramiques assez fabuleux de scène de dévastation qui sont les bienvenues pour donner une idée de l’ampleur de la catastrophe. A part un peu trop de shacky cam, je n’ai pas grand-chose à reprocher de ce côté, le film enchaine quelques scènes de bravoures assez géniales (je pense notamment à l’ouverture en plein Philadelphia assez prenantes, la scène des vélos en Corée du Nord qui comme le disait mon amie @kirkspocks  » Et la scène en vélo en Corée … On a gagné des oscars pour moins que ça! » ou encore celle dans l’OMS à Cardiff qui est brillante).

Le film dose extrêmement bien le suspens, les petites frayeurs par ci par là, l’humour et la course contre la montre pour notre héros même si on ne s’inquiète jamais réellement pour lui (erreur de casting de prendre une si grosse star ?).

Il faut aussi signaler que le film contient le placement de produit le plus WHAT THE FUCK depuis la création du cinéma (j’exagère à peine, franchement rien que pour ça faut voir le film), et la mort au cinéma la plus drôle de 2013, vous n’allez pas en croire vos yeux.

Du côté du négatif, il y a un cruel manque d’émotion qui aurait pu largement améliorer le film, un scénario par moment linéaire ou l’on voit arriver certaines situations 10 ans à l’avance.

Mais je reviens sur les 2 points qui pour moi viennent vraiment décrédibiliser le film. Attention, alerte mini spoiler.

La scène de Jérusalem partait d’une excellente idée, on avait un sous texte sur l’immigration mondiale et le conflit israélo palestinien assez intéressante. Hors les scénaristes ont rien trouvé de mieux comme idée que de faire envahir la ville à cause d’une palestinienne tellement heureuse d’être gentiment accueillie par les israéliens (déjà on y croit) qu’elle s’est mise à prier et par conséquent à chanter tellement fort avec ses congénères que ça a attiré les zombies.

Autrement dit, le malheur des israéliens vient du peuple palestinien ! Dans le contexte actuel du conflit entre ces deux peuples, dire que je trouve cette scène nauséabonde et d’une inutilité rare (surtout dans un blockbuster qui se veut familial) relève de l’euphémisme.

J’en ai été vraiment choqué, il y avait 10000 manières de provoquer la scène suivante et retenir cela est franchement très douteux.

Le deuxième défaut du film et pas du moindre est sa fin complètement ratée. Le film part sur les chapeaux de roues, nous colle à notre siège, atteint son climax pendant 1/2h démentielle avant la conclusion du film et les 10 dernières minutes viennent complètement détruire tout ce qui avait été construit auparavant. En expédiant l’intrigue ainsi, toutes les émotions, le stress que vous avez eu en 2h sont balayés par un fin qui vous laisse sur votre faim, ce qui on en conviendra pour un film de zombie peut paraitre contradictoire.

Pour conclure, World War Z est un bon blockbuster popcorn du samedi soir, extrêmement efficace même si le fond reste un peu en deçà de ce que l’on pouvait attendre. Mais il a le mérite d’introduire à des personnes ne connaissant pas du tout l’univers des zombies une porte d’entrée fun vers ce monde sanguinolent et oh combien génial.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s