Accueil/Cinéma/Critique

Critique Very Bad Trip 3

Very Bad Trip 3 dernier opus de cette trilogie qui aura surprise tout le monde (dans tous les sens du terme) et battu tous les records, initié par le 1er film en 2009, ne restera pas dans les annales de la comédie US loin s’en faut. Mais le film rehausse largement le niveau comparé au 2ème volet qui relevait d’un niveau de paresse dans l’écriture des gags à faire passer Scarie Movie 4 pour un film hilarant et brillant d’originalité.

Voici le synopsis de l’histoire:

Suite au décès du père d’Alan, la bande décide de le forcer à soigner ses problèmes mentaux. Mais comme d’habitude, rien ne se passe comme prévu. Une fois arrivés à l’hôpital, les hommes se font attaquer et Doug est kidnappé. La rançon? Retrouver Mr. Chow en échange de la vie de Doug …

Alors que vaut ce retour du Wolfpack pour sa dernière aventure ?

Et bien ce retour est mitigé, si Todd Phillips a corrigé les erreurs de Very Bad Trip 2, il est très loin de retrouver la folie du 1.

Le Wolfpack a malheureusement vieilli et s’est beaucoup trop assagi, oubliant tous ce qui avait fait le succès du 1er film.

Au moins Todd Phillips a su entendre les critiques lui reprochant sa paresse du 2ème volet et nous sert une vraie histoire originale changeant le procédé des 2 autres films. Very Bad Trip 3 est ce qu’aurait dû être Very Bad Trip 2.

Mais le film montre les limites du challenge de donner une suite au 1. Soit on tente une suite bigger comme le 2 mais une comédie repose sur l’originalité, la fraicheur des vannes et non pas l’ampleur des moyens utiliser pour les gags. Soit on change complètement l’histoire, option choisie ici et l’on s’expose à des choix dangereux pour concilier ce qui avait plu auparavant et le renouveau.

Le titre anglais du film est Hangover, à savoir « gueule de bois » en français. Pour nous livrer autre chose, exit la gueule de bois, la perte de souvenir de la veille, l’abus de drogue et de boisson, ainsi que les nombreuses références sexuelles sont ici inexistantes… Autrement dit, adieu l’esprit de la saga et tout ce qui avait fait son succès.

Nous avons juste affaire à un banal règlement de compte entre un mafieux joué par John Goodman (correct mais sans plus) à qui Chow a volé de l’argent. En usant le prétexte fallacieux que ce dernier est introuvable, il se tourne vers le Wolfpack car ils ont vécus des aventures ensembles. Mouais, on aura vu mieux comme prétexte enfin passons…

Bien évidemment pour faire bonne mesure, on garde Doug en otage pour convaincre les autres qu’on est sérieux et aussi pour que Justin Bartha ne dépasse pas le 1/4h de présence à l’écran (j’espère qu’il est payé cher à rien foutre car son rôle est comme d’habitude inexistant).

Pour que le film soit connecté aux précédents en dehors des personnages, les scénaristes ont opté pour la solution du fan service. Telle scène est justifiée car elle fait référence à une autre scène d’une des précédentes aventures et chaque personnage nécessaire à l’avancement de l’intrigue doit forcément être un caméo d’ancien personnage.

Par conséquent, si l’histoire est originale, son déroulement l’est beaucoup moins et à part un twist au milieu du film, l’histoire avance en mode pilote automatique sans réelle surprise.

Ensuite les films précédents étaient centrés sur le Wolfpack, ses 3 gars qui connaissent les soirées de beuverie les plus légendaires de l’Histoire.

Dans Very Bad Trip 3, c’est Chow le fil conducteur de l’histoire alors qu’il n’était que personnage secondaire précédemment. Si la quasi inexistence du Wolfpack déçoit, la bonne idée est le développement de Leslie Chow, personnage le plus barré de la saga. De ce côté on n’est pas déçu, si on adore le personnage on va vivre quelques scènes et dialogues d’exceptions et Ken Jeong en roue libre nous livre un Chow show démentiel (qui rapelle son hystérique Mr Chang dans Community).

En face, on retrouve notre Alan, qui lui n’a pas changé, qui est toujours un gamin de 40 ans frôlant l’autisme et la débilité profonde. Le film est en fait centré sur les 2 personnages et leurs duels à qui va faire la plus grosse connerie.

Mais comme n’importe quel fan de la saga sait que l’on peut s’attendre à tout de la part des deux zigotos, la surprise ne vient que rarement et l’on passe plus de temps à sourire qu’à pleurer de rire.

Ed Helms et Bradley Cooper qui portaient véritablement les 2 précédents films passent inaperçus, beaucoup trop calme, beaucoup trop lisse. Où est passé l’hystérique Stu ? Qu’est-il arrivé au plus cool des loups de la meute ? On ne sait pas mais leurs personnages sont devenus inconsistants.

Si la mise en scène de Todd Phillips est toujours aussi bonne, je regrette l’abus des filtres dans quelques scènes qui donnent des tons surréalistes à certains lieux.

Les gags s’enchainent moins vite que dans les précédemment films, certaines vannes sont feignantes, puis écrire n’importe quoi au personnage d’Alan en partant du principe que ça fera rire, ça ne marche pas à tous les coups. Le retour à Las Vegas ne servira strictement à rien à part nous rappeler l’épisode 1. C’est souvent maladroit, les clins d’œil qui amusent au début finissent par devenir sacrément agaçant au final (et se concrétisera pas une scène post générique tentant de sauver les meubles en apportant l’hystérie anarchique des précédents films mais sans y arriver tellement l’auto-hommage est lourd).

Au moins le film conclu réellement les aventures du Wolfpack et évitera d’entacher d’avantage le seul film exceptionnel de la saga.

Pour conclure, Very Bad Trip 3 est une comédie correcte mais qui à la comparaison de la saga n’est pas très drôle, qui essaie d’apporter de la fraicheur sans réellement y arriver au niveau de l’humour, qui apporte une histoire maladroite, peu crédible et qui fait beaucoup d’auto complaisance sur le chemin parcouru du Wolfpack. Mais le fan service ne fait jamais des bons films et la preuve en est avec ce film qui n’est que moyen. L’humour complètement barré de groupe qui avait fait le succès de la saga a disparu, la surprise de par le nouveau concept de l’histoire est absente. Donc oui le film est une déception à l’égard du 1 mais reste un très bon film à l’égard du 2 et une comédie correcte mais sans plus par rapport aux comédies US actuelle.

J’envisage de me payer un réel Very Bad Trip pour oublier qu’il y est eu 2 suites au chef d’œuvre qu’était le 1er et me le remater ensuite.

P.S. si vous aimez nos amis les animaux, sachez que de nombreux animaux sont tués sauvagement lors du film et que cela compte parmi les scènes les plus drôles du film, vous êtes prévenus.

Publicités

Une réflexion sur “Critique Very Bad Trip 3

  1. Pingback: Résumé du My Warner Day | howimetmydreams

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s