Accueil/Cinéma/Critique

Critique Frankenweenie

20127907-3844827

Frankenweenie marquera enfin le retour de Tim Burton aux bons films depuis Big Fish après les médiocres ou oubliables Sweeney Todd, Alice et Dark Shadows.

Le film est un véritable retour aux sources pour Burton dans tous les sens du terme : il s’agit d’un remake de son 1er court métrage live de 1984 (et ça se voit pour ceux qui l’on vu), du retour de l’humour burtonien, de ses banlieues ennuyeuses, des enfants marginaux et héroïques en lutte contre les parents et surtout de l’animation, genre cher à Burton qui se fait malheureusement de plus en plus rare.

L’histoire de ce petit garçon voulant ramener son chien à la vie parlera à tous, elle est très touchante (le personnage de Victor, sorte de Burton Jr émouvant parlera aux fans du maitre), d’autant plus que le petit chien Sparky est juste adorable (l’Oncle Disney devrait vendre pas mal de peluche je pense).

La réinterprétation du mythe de Frankenstein est toujours bien présente, même si les thématiques scientifiques et philosophiques sont un peu évacuées au profit de l’émotion et de l‘humour, logique me direz-vous, le film s’adresse en priorité aux enfants.

Les personnages sont excellents, des enfants (mention à la petite fille blonde, cousine lointaine de Luna Lovegood en encore plus atteinte et aux scientifiques en herbes) aux parents en passant par les animaux (Mr Moustache, tout simplement à mourir de rire), j’ai rarement autant rigolé devant un Burton face à l’avalanche de clins d’œil aux films d’horreurs des années 30 ou aux films de monstres (marquant aussi un nouvel et très bel hommage de Tim à son modèle Vincent Price).

C’est bien écrit, cliché juste ce qu’il faut pour que cela soit drôle, l’intrigue est surprenante et regorge d’excellentes idées de mise en scène (néanmoins comme pour Rebelle la même année, je trouve le final assez violent pour les enfants).

Graphiquement, le film est somptueux, pourtant du noir et blanc en animation, d’autant plus par Burton et ses ambiances gothiques, on pouvait s’attendre à quelque chose de sombre mais il n’en n’est rien.

La musique de Danny Elfmann est parfaite, collant justement aux images, marque elle aussi un retour en arrière, on retrouve les ambiances de Beetlejuice et d’Edward aux mains d’argent.

Je suis ressortis conquis de la salle, me disant que Burton n’avait pas perdu la main en matière de conte macabre et drôle même s’il était partit en vacance un peu trop longtemps à mon goût. Le léger manque de poésie et d’originalité inhérente à ses premières œuvres, tout comme certains personnages sous exploités (celui de Wynona Ryder est quasi inexistant) m’empêche de parler de grand Burton.  Ce n’est pas son meilleur film mais dieu que ça fait du bien de ressortir d’un Burton avec le sourire.

Publicités

Une réflexion sur “Critique Frankenweenie

  1. Bonne critique et je te rejoins sur tout les points. 🙂 C’est du bon Tim Burton ca relève le niveau de certains de ses derniers films qui n’étaient pas vraiment à la hauteur de son talent ! La musique est émouvante et l’histoire vraiment touchante ! Donc j’approuve ton avis 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s