Accueil/Musique

Concert Sigur Ros, Valtari Tour 27/02/13

478863_10150755030659124_37877080_o

Alors pour mon premier billet sur un concert, je vais vous parler du concert de Sigur Ros le 27/02/13 au Zénith de Paris.

Sigur Ros, groupe inexplicable tant par son succès malgré la barrière de la langue et de leur musique à nulle autre semblable, que par son talent à nous faire voyager dans une autre galaxie en quelques notes nous a fait arrêter le temps pendant 2h.

Tenter d’expliquer ce groupe et sa musique m’apparait compliqué, tellement leur style et leur parcours est à la fois unique et indéfinissable. A mi-chemin entre du rock progressif, de la musique expérimentale, du post rock et 50000 autres genres, le groupe islandais mené par son leader charismatique Jonsi depuis 1994 nous a livré 6 albums ou plutôt 6 bijoux : musiqué épurée, voix d’ange du chanteur et des chœurs, arrangement somptueux, boucles rythmiques obsédante, orchestration à la fois atmosphérique et électrique… Les qualificatifs élogieux envers ce groupe sont légions.

Très lié à l’Islande et à l’image que ce pays nous renvoie, à la fois mystérieux, dangereux mais d’une beauté à couper le souffle, alternant entre le feu et l’eau (pays ou les glaciers et la lave cohabitent ensemble), le groupe alterne entre ballade planante et envolée lyrique rock tonitruante, mais toujours en nous prenant aux tripes.

Petit mot rapide, sur l’organisation et la 1ère partie avant d’attaquer le concert. L’organisation était exemplaire, chronométré à la minute près, entrée à 18h30, 1ère partie à 19h30, début du concert 21h et fin du concert 23h, pas une minute d’avance ou de retard, c’est de l’organisation à l’américaine, c’est millimitré, il n’y a pas de place à l’improvisation.

La première partie était tenue par Blanck Mass, un DJ qui a fait un set sans pause d’une quarantaine de minute en mode « musique d’ascenseur » ne rendant pas justice à ce que j’avais écouté sur internet et qui n’a été que très moyennement apprécié dans la salle, à juste titre.

Maintenant passons au principal : que vaut ce groupe à la réputation quasi mystique pour tous les fans en live ?

Mon ressenti, c’est que j’ai vécu tout sauf un concert « classique » pendant 2h. Le simple fait qu’il est commencé à l’heure aurait déjà dû me donner un indice.

Le groupe arrive sur scène, nous avons eu le droit à une formation de 10 membres, derrière une toile transparente. Cette mince séparation marque d’emblée le ton du concert, le groupe ne se met jamais en avant, n’interagit pas avec le public ; il est juste là pour nous délivrer une symphonie rock. De magnifiques projections oniriques et minimalistes sont projetées sur la toile, les éclairages font le reste en jouant parfaitement sur les jeux de reflets et d’ombres, grandissant et multipliant les silhouettes des musiciens.

DSC01196

Une fois installé à leurs places, ils n’en décolleront pas pendant les 2h de show, aucune interaction entre chaque membre, chacun est fixé comme une statue.

La musique commence, tout doucement au début puis la voix de fausset de  Jonsi résonne dans l’enceinte du Zénith et le temps s’arrête. Nous venons tous de rentrer dans une dimension parallèle où l’on atteint le nirvana auditif en moins de 5min.

Musicalement, c’est étonnant et détonnant, à la fois doux et chaud avec ses voix d’anges, ses violons, et le piano puis froid et cassant avec ses guitares électriques et sa batterie. On peut partir d’une ballade assez world ou d’un morceau presque classique au piano pour terminer dans un déluge de riff qui ne dépareillerait pas dans un concert de métal. Jonsi joue de la guitare électrique avec un archet de violon, l’effet est magique, il arrive à tenir des notes stridentes inimaginable. On reconnait parfaitement la patte inimitable du groupe, les arrangements sont extrêmement soignés, les mélodies sont riches et complexe, d’une pureté et d’une élégance rare… Je me suis même pris à comparer à certains moment la musique comme tout droit sorti des livres de Tolkien et des magnifiques chants elfiques. On y retrouve le même mélange de gravité et de beauté à couper le souffle.

Le groupe alterne les classiques (Saeglopur, Hoppipolla) de ses anciens albums, des chansons moins connus (Vaka, pur moment de grâce comme on en vis qu’une fois dans une vie) et des nouvelles chansons présentes sur Valtari (Varuo), chaque chanson donnant lieu à des tableaux somptueux. Je n’ai jamais vu un concert à la scénographie aussi travaillée, aussi raccord avec la musique. Les animations projetées sur l’écran collent parfaitement aux ambiances des chansons, on s’en prend pleins les yeux avec des jeux de lumières délirant, c’est extrêmement esthétique et incompréhensible, à l’image des chansons du groupe.

DSC01212

En effet, l’ambiance dans la salle est irréelle. On est plus proche de la messe que du concert rock. Pendant les chansons personne ne chante (enfin bon qui arrive à prononcer de l’islandais à part les islandais ?), personne n’applaudit, il règne un silence de cathédrale. Le groupe ne bouge pas, ne s’agite pas ; il nous adressera qu’un simple « Thanks you » au milieu du concert, clairement, on est loin de l’énergie des groupes de stade comme Coldplay, Muse et consorts. Et pourtant l’ambiance est là, chaque pause entraine des explosions d’applaudissements, le public est là, il essaye juste de digérer la beauté hypnotique qui se dégage de la scène.

DSC01241

J’ai lu un article sur un de leur concert qui employait l’expression de « concert autiste », on ne pourrait mieux définir mon sentiment. En effet, les membres du groupe sont dans leurs mondes, il nous le montre sans réellement le partager. On a beau apprécier ce que l’on y voit, le mythe reste inaccessible, toujours voilé de mystère. La preuve en est, il n’y a pas de réel sentiment de communion avec le public, les musiciens ne jouent pas ensemble mais plutôt chacun de leurs côtés. On ne ressent pas réellement d’énergie brute qui vous ferait bouger la fosse.

C’est plutôt comme dans le film « Rencontre du troisième type » de Spielberg, il ne s’y passe quasiment rien, c’est incompréhensible mais la symphonie des sons et des images est parfaite, il n’y a pas une seule fausse note et notre regard ne peut se détacher du spectacle qui s’offre devant nos yeux.

Le groupe nous a livré 2h de rêve éveillé (dont 1/2h de rappel ou le groupe a chanté 3 chansons, c’est dire à quel point ils laissent la musique s’exprimer) que je n’oublierai jamais. On vit presque une expérience transcendantale devant ce déluge de mélodies parfaites et de pyrotechnie hallucinatoire, alternant moment lumineux et intimistes à des moments beaucoup plus épiques : en gros on reste sur le cul, balayé par l’énergie que peut procurer un beau concert tout simplement.

DSC01268

Tracklist :

yfirborð
í gær
ný batterí
vaka
sæglópur
brennisteinn
olsen olsen
e-bow
varúð
hoppípolla
með blóðnasir
glósóli
kveikur

svefn-g-englar
hrafntinna
popplagið

 

P.S. photo bonus de Jonsi qui chante dans sa guitare électrique, moment surréaliste mais poignant :

DSC01258

Publicités

2 réflexions sur “Concert Sigur Ros, Valtari Tour 27/02/13

  1. Haha t’as eu de la chance pour l’organisation parfaite du Zenith, j’ai fait pas mal de concert là bas et je dois dire qu’avec le Trianon c’est une des salles ou j’ai eu les plus mauvaises organisations comme quoi on est toujours capable du pire comme du meilleur ! 😉
    Sinon pour le concert en lui même ( ce qui est tout de même plus intéressant de commenter), j’avoue que je suis très surpris et que j’ai du mal à imaginer l’ambiance vu que ca parait assez exceptionnelle pour un concert ! Vraiment sans la foule qui chante, ni même les groupes un peu vivant, ca doit être juste génial parce qu’au moins on va directement aux émotions ! dans ce cas niveau ambiance, ca relèverait même plus d’un concert de musique classique 🙂 A faire voir dans ce cas!

    • Personnellement c’était la première fois que j’allais au Zénith et l’organisation était top et il se trouve que j’ai fait pour la première fois un concert au Trianon vendredi et je n’ai pas eu de pb non plus. Je ne sais pas si j’ai eu beaucoup de chance ou si toi tu en as eu très peu. Et pour revenir sur le concert, c’était franchement indescriptible, étrange et pourtant magnifique. En tout cas je n’ai jamais vécu un concert comme cela, c’était vraiment une expérience effectivement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s